L’abécédaire d’Animozar – la lettre E : l’Ecriture musicale

Ecriture musicale

L’Ecriture musicale, et si on commençait aujourd’hui à la découvrir ?

Vous avez commencé la musique ! Vous contemplez, sur le pupitre, cette partition pleine de mystères qui n’attend plus que votre instrument pour prendre vie. Une partition, c’est le fil conducteur entre le compositeur, celui qui invente, qui créé les morceaux de musique, et le musicien qui les joue, les interprète. Le solfège, c’est ce qui va permettre de décoder, d’écrire, de lire les notes, les signes, d’entendre ce qui est écrit.

1. La hauteur des sons. La portée est constituée de 5 lignes. Les notes graves sont situées en bas de la portée. Les notes aiguës en haut. On lit les notes de gauche à droite, comme dans un livre. Sur le visuel, on distingue une clé de sol, puis une gamme de do Majeur. Pour des sons plus graves (partition de contrebasse, par exemple) on utilisera la clé de fa. Il existe 7 clés différentes.

2. La durée des sons Les sons durent plus ou moins longtemps. On utilise des rondes, des blanches, des noires et d’autres figures de notes pour réaliser des rythmes. Ces rythmes peuvent être effectués sur une pulsation plus ou moins lente, plus ou moins rapide (la pulsation est comme un cœur qui bat, à intervalles réguliers). La vitesse d’exécution, c’est ce qu’on appelle le tempo.

3. L’intensité des sons Dans la vie, on s’exprime en chuchotant, en parlant, en criant. De même, en musique, on utilise des nuances pour indiquer à quelle intensité, à quelle force l’on joue. Ces nuances donnent du caractère, de l’expression, du relief à la musique. Comme un dessin en noir et blanc qui auquel on viendrait rajouter des couleurs.

l'écriture musicale
2018-03-27T15:31:41+00:00

Leave A Comment