Jouer Faux

Bébé pingouin joue faux avec son violon

En musique, la justesse est primordiale car elle conditionne la qualité d’une interprétation. Un des instruments de musique les plus difficiles pour la justesse est le violon : si les doigts sont mal placés, à quelques millimètres près, cela sonne faux. Chaque instrument a ses contraintes : le placement des lèvres sur l’embouchure pour la flûte traversière, le bon allongement de la coulisse pour le trombone, le placement de la voix pour le chant… Et pour le piano, ce n’est pas la faute du pianiste : Si c’est faux, c’est que le piano n’a pas été accordé ! La justesse est affaire d’oreille : il faut avoir l’oreille musicale pour bien entendre les sons. C’est aussi une histoire de technique : on ne peut jouer juste que si l’on maîtrise parfaitement son instrument ou sa voix. Evidemment, on ne peut parler de justesse que dans un cadre défini (culture, époque, style…). Si l’on accorde le plus souvent nos instruments avec un la dont la fréquence est de 442 hertz, celle-ci était à 415 hertz à la période baroque. Dans la musique tonale occidentale, l’on utilise comme plus petit intervalle le demi-ton mais dans la musique indienne, par exemple, on utilise des intervalles bien plus petits. Certains musiciens ont dès le départ des prédispositions pour la musique : ils ont une bonne oreille et apprivoisent facilement leur instrument. Mais la justesse s’acquiert aussi et surtout grâce au travail, à l’entraînement et à la persévérance !

2018-09-25T15:26:45+00:00